Le programme

sala contromafie

CONTROMAFIELES ETAS GENERAUX DE L’ANTIMAFIA LE PROGRAMME

Jeudi 23 Octobre | Centro Sportivo Valentina Venanzi, Corviale (RM)

Espace jeunes: les jeunes de differents pays se rencontrent pour discuter leurs points de vue sur les thèmes de Contromafie

12.00 Ouverture des travaux

Vendredi 24 Octobre | Auditorium Conciliazione, Via della Conciliazione, 4

09.00 – 10.30 inscription et accueil des participants
11.00 Ouverture des Etats Generaux de l’antimafia
11.45 Allocutions de bienvenue des autorités
12.15 Table ronde
13.30 Pause
14.30 Presentation des domaines thematiques et des groupes de travail
15.40 Presentation des travaux des groupes

Contromafie au théatre
A’ partir de 21 heures dans plusieurs théatres de Rome

Samedi 25 octobre

Les six domaines thématiques des editions precedentes sont confirmés et aussi la subdivision en groupes. On envisage pour chaque groupe 2 ou 3 introductions et debat.
Dans chaque domaine on veut souligner le contenu des “pour”, à savoir la déclinaison positive de l’engagement contre les mafias et la corruption.

1. Pour une parole de liberté et de dignité

Les mafias et la corruption viennent de loin: elles sont le produit de siècles de violence et criminalité, aujourd’hui exacerbées par la globalisation, où, partout dans le monde, les etres humains deviennent des marchandises pour les clans prets à gagner sur leur peau le plus possible d’argent. Le trafic de drogue et le commerce des armes, la traite des etres humains et la prostitution sont les entreprises les plus rentables de la criminalité mafieuse transnationale. Par contre ce n’est pas quantifiable le coût de la violence physique et psychologique subies par les plus faibles, les derniers. Il s’agit des anciennes et des nouvelles formes d’esclavage qui nécessitent une nouvelle “parole de dignité”, pour restaurer pleine «dignité» de l’être humain, le libérant des chaînes de la criminalité. Le déni constant et quotidien des droits elementaires est aussi fonctionnel de la croissance du pouvoir, par consequent c’est essentiel l’engagement contre la misère et la pauvreté (voire Miseria Ladra), à partir de l’utilisation des biens saisis à la mafia comme force motrice du developpement d’un « welfare » moderne, service à la personne.
Un approfondissement sera davantage dedié à la question de la prison et de la peine pour la rehabilitation des condamné/es, comme prevu par l’art. 27 de notre Constitution, soulignant le travail fait par LIBERA surtout avec les mineurs.

> La traite des etres humains: lutte aux exclavages du nouveau millénaire (OLE/TIE) *
> le marché international de la drogue (OLE/TIE) *
> Droits inaliénables et dignité humaine dans la lutte contre les mafias
> Les biens confisués pour l’inclusion sociale
> La frontière de la prison : la dignitè dans la peine

2) Pour un savoir de citoyenneté et de responsabilité
Soit dans l’école que dans l’extrascolaire, dans l’Univeristé et dans le monde des professions libèrales le role de la connaissance et de l’éducation à toujours eté centrale pour l’élaboration des reponses non violentes à la culture de mort et de l’abus des mafias.
L’antimafia sociale et citoyenne a obtenu des résultats importants grâce aux efforts des enseignants et des educateurs, des etudiants de tous ages. Une nouvelle ferveur dans le monde universitaire et quelque message des ordres professionels mettent de nouveau au centre de Contromafie le debat avec les agences d’education dans notre pays pour l’élaboration d’un savoir citoyen pour faire grandir les mouvements antimafia, basés sur la responsabilité que chaque individu doit prendre dans cette lutte pour la civilisation et la centralitè de la personne. Un focus specifique sera dedié à l’éducation au sport propre et à condamner la pratique du doping, reconnaissant le travail fait par les centrales sportives sur le territoir italien.

> Entre l’école et la ville: les laboratoires du changement
> Le savoir univeristaire et la récherche au service de la lutte contre la mafia et la corruption
> L’ethique dans les professions liberales et l’éthique comme profession
> Sport et prevention: vers un reseau social antidoping

3. Pour un devoir d’information et democratie
Les moyens d’information trouvent difficile de dire comme se forme le pouvoir de la mafia et de la corruption. Meme si on peut trouver des enquetes serieuses, parfois on a l’impression que prevaut la volonté du scoop et donc, dans le silence, prospèrent tranquillement. Voilà pourquoi la réforme su service publique est toujours actuel, voilà pourquoi le devoir d’information ne doit pas prèvoir conditionnement ni conflit d’intérêts. Dans le domaine thématique de l’information il y aura la participation des operateurs de la communication qui risquent chaque jour et souvent dans l’ombre, sans que soit apercu par l’opinion publique.
En particulier on abordera le thème de la RAI comme service publique, comme expression du devoir de la democratie, qui doit necessairement etre reglementé pour proteger tous, pour éviter conflits d’interets et abus. On parlera davantage de cinema et literature, du théatre civil et de la musique, comme expressions authentiques d’une culture antimafieuse.

> Le service publique: propositions pour une reforme necessaire à la democratie
> Plaintes, diffamations, menaces: la quatrième puissance sous le feu
> Culture et savoir: de la fiction à la realité, dans la lutte pour la légalité

4. Pour une politique de légalité et de transparence
Les mafias ont besoin d’une politique incapable de repondre et prète à la corruption, pour trahir le serment d’allégeance aux citoyens et à l’Etat. Contre l’indifference il faut reagir, pour affirmer la politique de la légalité. Heureusement il y a des hommes et des femmes avec des charges publiques qui travaillent pour le bien commun, sans promouvoir des interets, avec les citoyens comme seule reference. Le soutien aux reseaux des autorités locales comme Avviso Pubblico et des bonnes pratiques d’administration pendant les jours de Contromafie sert à re decouvrir le role positif de la politique pour les droits des citoyens/nes et pour l’elaboration de politiques sociales capables de s’opposer à faveurs et recommandations, pratiques utiles à la culture mafieuse.
Une attention particulière sera dediée à l’engagement des citoyens et des nouveaux moyens de communication dans les pressions sur les institutions pour une politique de la transparence, contre les formes anciennes et nouvelles de corruption (voir la campagne Riparte il futuro), Un autre thème sera les liens internationaux entre corruption et criminalité organisée, à partir du role joué par la finance internationale.
> Autoritès locales et bonnes pratiques pour une politique transparente
> Tangentopoli 2.0: la corruption et les instruments de lutte
> Les crimes des “colletti bianchissimi “ (cols très blancs) (OLE/TIE) *
> Strategies d’opposition aux crimes dans le système bancaire et financier (OLE/TIE) *

5) Pour une demande de justice et verité
Aujourd’hui la demande de justice est toujours très forte parce que l‘égalité devant la loi est un principe qui ne s’applique pas facilment dans le cotidien. Dans notre pays pendant les dernières années certains secteurs de la politique ont essayé de mettre un frein à l’action judiciaire et on a assisté à des lois ad personam ou ad personas souvent rejetées par la Cour constitutionnelle ou au niveau européen. On espère que ce temps là soit terminé à jamais, et on pense que le fonctionnement de la justice civile et pénale soit la priorité pour la justiciabilité des droits et la reduction du poids des organisations mafieuses et des corrompus.
On analisera les propositions des Commissions gouvernamentales Fiandaca e Garofoli sur le thème de la lutte aux mafias et les normes necessaires pour renforcer l’opposition à la corruption. On reflechira davantage sur le role clé de personnes à l’interieur du procés, les temoins de justice et les parts civiles, la demande de verité n’est pas uniquement une exigence à eux, mais elle est surtout publique, comme temoigné par les procés les plus chauds des dernières 20 ans et par l’experience des guichets “SOS Justice”.
> Temoins de justice et parties civiles: à la recherche de la verité
> L’histoire à travers les histoires: la mémoire des victimes innocentes
> Repenser les instruments d’opposition aux mafias: propositions et reformes
> De l’opposition aux patrimoines à l’Agence Nationale pour les biens confisqués: une réforme necessaire
> La législation et les institutions européennes dans la lutte à la criminalité organisée (OLE/TIE) *

 6. Pour une economie de la solidarité et du developpement
Analiser et etudier le role des mafias et de la corruption dans la crise economique mondiale actuelle, veut dire que on a compris que à l’origine de la récession actuelle il y a l’idée d’un profit qui justifie n’importe quoi, d’une finance qui ne correspond pas à l’économie reelle, des processus de prise de decision qui ne repondent pas à des institutions de l’Etat ou supranationales, elues democratiquement. On attaque la force des mafias pour la pollution des procéssus productifs, l’infiltration dans les appels d’offre, les investissements des profits illégaux dans la finance mondiale, jusque aux menaces lourdes sur l’affirmation des droits humains.
Travailler pour une economie de la solidarité veut donc dire s’opposer efficacement aux “clan”, ameliorer l’utilisation sociale et productive des biens confisqués à la mafia, au sud et au nord, en Italie et en Europe, pour créer une economie du developpement.
Les tragedies liées au trafic de déchets gerèes par les ecomafie et celles causées par rackets et usure, révèlent des enrichissements illegaux et des entreprises mafieuses au delà des frontières nationales : pour la defaite de ces menaces permanentes, il faut soutenir les experiences d’economie saine et propre ecologiquement et humainement durables. Meme le thème du jeux d’argent fera l’objet d’une analyse, etant donné que dans les dernières anneés la dépendence liée à ce phenomène est augmentée et un rôle est joué par les clans avec cette activité aussi dans l’appauvrissement de l’economie.

> Tackling Illegal Economy: aborder l’economie illegale (OLE/TIE)*
> Le role des lobbies financières et les institutions européennes (OLE/TIE)*
> L’entreprise est un bien commun: les entreprises confisquées pour un travail veritable
> Confisque et reutilisation sociale: outils et experiences concrètes (OLE/TIE) *
> L’environnement violé, les ecomafias et pas seulement…
> Mettons nous en jeu contre Azzardopoli
> La liberté contre le racket
> Esclaves de l’usure, victimes d’une economie malade

* séminaire geré par Libera internationale

 Nuit blanche contre les mafias
Roma à partir de 21.00 heures

Dimanche 26 octobre | Auditorium Conciliazione, Via della Conciliazione, 4

09.30 Presentation des résumés des groupes de travail
11.30 Approbation du manifesto final et cloture des Etats Generaux de l’antimafia

Share

Comments are closed.